La tradition primordiale, ou l'origine de la nature


D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Voilà des questions qui peuvent aisément nous occuper pendant un bon moment (ou nous pourrir notre dimanche... à nous de voir) ! Pour ma part, elles sont importantes et doivent être posées afin que notre conscience s'en nourrisse pour grandir. Je vais donc, dans cet article, vous partager la vision que nos Anciens avaient du « mythe de la création ».

Au début il y a le verbe :

Au début il y a le verbe... « être ». Dans le prologue de l'évangile selon Saint Jean, on peut lire cette phrase : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu ». C'est l'unité, l'éternité, l'inconnaissable (la lumière originelle). Tout est un, tout « est ». L'espace et le temps n'existent pas (c'est pour cette raison que nous parlons d'éternité). Pour des raisons incompréhensibles, cette lumière possède une soif intarissable de se reconnaître elle-même. C'est précisément cela qui va démarrer le processus de la « création ». Pour ce faire, elle va extraire d'elle-même une sphère (qu'elle contiendra) pour créer, en quelque sorte, son « laboratoire » (son terrain d'expérimentation). Cette sphère s’appellera les « ténèbres ». Afin de mieux se représenter mentalement le fonctionnement des ténèbres, nous allons nous pencher sur l’arbre de vie (arbre des Sephiroth) de la Qabal.

La triade primordiale :

La première étape des ténèbres va consister à passer de l' « unité » à la « dualité ». En trois passages, cette opération va avoir lieu. En premier, le 1 va s'agiter. Cette agitation va créer un mouvement qui en 2 va donner naissance à l'espace et le temps non divisés. C'est en 3 que la fraction va être effectuée. L'espace et le temps seront séparés et la dualité va apparaître. Schématiquement nous pourrions dire qu'avant ce processus, nous sommes en l'éternité ; pendant ce processus, nous entrons dans les ténèbres, et après ce processus, nous sommes clairement dans les ténèbres. Si nous observons l'arbre des Sephiroth de la Qabal, ce que je viens de décrire correspond aux trois premières Sephirah (Kether – Hokhma – Binah). C'est le « monde des émanations ».

Les 7 étapes vers la matière :

Une fois passés au-delà de la Sephirah « Binah » (Saturne, porte de l'espace et du temps) nous entrons dans une longue « descente » qui va permettre à l’énergie de la lumière originelle de donner naissance (au bout de ce processus) à la matière. Le rayon de création (la grâce) va donc continuer son périple en passant par trois nouvelles Sephirah : « Hessed – Guebhoura - Tiphereth ». Nous sommes ici dans le « monde des formations » (astral solaire, voir article « le livre des rêves »). Tiphereth va être un « moment » important, puisqu’il sépare l'astral solaire et l'astral lunaire. Plus on s'éloigne de la lumière, plus il fait sombre. Ainsi, l'astral solaire est le dernier « endroit » où la lumière se fait plus « perceptible ». Une fois passée Tiphereth (symbolisé souvent par le soleil), l'obscurité prévaut sur la lumière (ce qui sera l'inverse dans l'astral solaire). Nous entrons alors dans le « monde de la formation » animé par les trois Sephirah : « Netzach – Hod - Yessod ». La dernière étape sera le « royaume » (Malkhouth, le monde de la matière). C’est la réalité que nous, êtres incarnés ici bas, expérimentons dans notre quotidien.

Voila (en résumé) comment les Anciens nous expliquent la création. Je tiens à préciser que les Sephirah doivent être perçues comme des « densités d’énergie » permettant l'existence de « réalités ». Ces réalités sont discutées à ce jour par la science qui estime avoir trouvé des preuves de l'existence d'univers multiples (il n'est pas idiot de penser que la science, un jour, pourra probablement éclairer l'homme sur ce sujet).

Illustration tiré d'une édition de 1519 des Métamorphoses d'Ovide

Les 7 jours de la création :

Ce « royaume » est donc le « résultat » de ce long processus (il en contient donc toutes les informations et c'est pour cette raison que la Table d'émeraude nous dit : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut »). C'est alors que le « livre de la Genèse » nous expliquera symboliquement comment en « 7 jours », notre réalité (le royaume) prit forme :

  1. Création de la terre, puis de la lumière, du jour et de la nuit

  2. Création du firmament et du ciel.

  3. Séparation de l'eau du sec, et création de la mer et des continents. Création de la nature, des arbres et des fruits.

  4. Création des étoiles et des saisons.

  5. Création des poissons et des oiseaux, et de la procréation des animaux.

  6. Création des animaux domestiques, des reptiles et des serpents. Création du jardin d’Éden, du premier homme Adam à son image à partir de la poussière, et de la première femme à partir de la côte de l'homme.

  7. Repos.

Les Anciens pensaient que ces 7 réalités étaient partout dans la nature manifestée. Ainsi, on peut comprendre, par exemple, pourquoi un minéral cristallise sous 7 modes différents (vision alchimique de la chose). Ainsi, toute chose vivant dans le « royaume » sera, d'un certain point de vue, la « coagulation » de ces 7 réalités (métaphysiquement parlant, nous pouvons dire que nous avons 7 existences différentes, dans ces 7 espaces – temps différent constituant les ténèbres).

Voila de quoi nous expliquer doucement que la mort n'existe pas telle que nous la percevons traditionnellement. Au-delà de notre réalité, d'autres réalités existent et n'attendent qu'à être visitées. Peut-être est-il raisonnable de penser que c'est là que se passera la suite de notre voyage ? A vous de tenter vos propres expériences …

G.Attewell

#tradition #primordiale #origine #nature #lumière #verbe #être #mythe #création #évangile #saint #prologue #dieu #jésus #triade #saturne #soleil #qabal

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon