L'argent vu par l'esprit


En voilà un sujet ! L'argent, le fric, le pognon, le flouze ! Y'a t-il une vision spirituelle à cette chose ? Y'a t-il une issue plus lumineuse que simplement regarder cela comme un moyen de domination et de pouvoir ? Pouvons nous assainir notre vision de l'argent ? Pouvons nous aussi assainir l'utilisation que nous en faisons ? Ces questions sont complexes, elles sont surtout très actuelles ! En ce monde bouleversé et bouleversant, notre vision de la matière change, elle se transforme. Ce faisant, nous modifions aussi notre perception de l'argent. Cet article va donc traiter de cette matière bien particulière, objet de nombreux conflits, mais aussi de créations merveilleuses. Je vais tenter d'apporter de quoi apaiser le stress que celle-ci génère, mais aussi d'apporter des pistes de réflexion sur « comment » retrouver une perspective plus lumineuse concernant l'argent.

Un point socio-culturel :

Ce sujet n'est pas simple, même pour moi ! Nous vivons dans un pays ou l'argent est un réel problème socio-culturel. J’entends par la que nous ne pouvons pas parler d'argent facilement sans voir les esprits inquisiteurs se soulever discrètement dans l'ombre ; traquant le moindre signe d'escroquerie, épiant le moindre mouvement, la moindre transaction, le moindre gain ! Tous prêt à bondir pour dénoncer celui qui ose manifester matériellement sa réussite ! C'est un vrai problème. Je n'ai pas plongé plus que cela dans les raisons « historico-psychologique » ayant fait naître une telle culture du doute et de la suspicions concernant l'argent ; mais je comprend, au moins intuitivement, que la problématique tourne autour du « pouvoir ».

En résumé, la France est un pays au sein duquel on peut difficilement s'épanouir matériellement sans attirer l'attention des jalousies les plus viles. Le culte de la mélancolie et de l'envie sont prédominant sur ce terrain. Celui qui réussit grâce à l'argent est envié, mal-vu, souvent même combattu. Mais il est aussi taxé ! On lui prend tout afin qu'il ne puisse pas égaler les puissances qui le dépasse ! En bref, et vous l'aurez compris, la liste des problématiques est longue, mais nous sommes certainement tous d'accord sur ce constat : « l'argent est un problème ». Comment est-il donc possible de dédramatiser la chose ? Je pense pour ma part que la source est philosophique, mais aussi ésotérique et spirituelle.

La philosophie de la réussite :

Je commence volontairement par discuter de l'aspect philosophique de la question. C'est l'aspect le plus visible et le plus simple à comprendre (je pense). Il permettra ensuite de « descendre » plus en profondeur, dans les « noirceurs » que ce sujet nous cache. Je vais bien entendu faire des vulgarisations afin de respecter la longueur qu'exige ce format rédactionnel. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur et que vous entendrez la résonance plus subtil de mes propos (car je sais que ce sujet n'est pas confortable pour beaucoup. Je le comprend avec la tête, mais aussi avec le cœur, sachez-le).

Vous vous souvenez très certainement (pour ceux qui me lise quotidiennement) que l’énergie dans la Nature respecte deux grands mouvements. Elle se meut par la « descente », et par la « remonté ». Nous avons déjà expliqué auparavant que la « descente » entraîne principalement l'exploration de la matière ; à l'inverse, la « remonté » pousse à explorer principalement le spirituel (pour plus d'informations sur ce point, je vous invites à consulter le blog ou vous trouverez de quoi approfondir ce thème). Cela va me permettre de vous proposer une explication du problème « argent ». En effet, je pense que l'argent est né historiquement dans une humanité « descendante », donc emprunt principalement de matérialisme (conquête de la planète, domination de la nature par la technologie, etc). Je pense aussi que si il y eu des visions plus spirituelles de l'argent, elles n'ont pas pu s’asseoir dans un monde tourné majoritairement vers la matière. En ressort de cela une philosophie matérialiste de l'argent, une philosophie au service de la « descente » dans laquelle se trouvait le monde des hommes. Sans rentrer dans les détails historiques, cette « force » descendante s'est installé au fil du temps et gouverne nos sociétés. En prenant un peu de hauteur sur tout ceci, un constat est à admettre : « Tel est la volonté de la Nature qui s’exprime dans le cœur de chaque chose vivante ici-bas ». En se plaçant maintenant d'un point du vu plus incarné je dirais ceci : « La volonté de l'éternel change de cap, le moment de la remonté est venu, ainsi soit-il ». Le temps est donc venu de « redéfinir » l'argent. On le voit, on l'observe de part le monde, les sociétés humaines changent, elles mutent et demandent à être repensées.

Artisans batteurs de monnaie

Le modèle dominant jusqu'alors est celui de la « réussite » matérielle (ce qui est une résonance logique de l’énergie descendante). Tout pousse l'homme à se développer sur le plan de l' « avoir » (comme le dirait mon camarade Daniel Shoushi). Il faut posséder pour être perçu comme quelqu'un ayant « réussit ». Il faut posséder pour se sentir être, pour se sentir exister, pour se sentir important. Il faut donc « avoir » pour estimer sa valeur, sa consistance. Loin de moi l'idée de cracher sur le matérialisme ! Mes lecteurs savent que je prône l'équilibre des forces (donc le matérialisme à son rôle à jouer pour bien équilibrer la balance) ! Mais au sein du modèle dominant actuel, la balance penche d'un côté et ne trouve pas sa stabilité grâce à l'autre versant (il n'est pas normal et équilibré de voir que 50% des richesses sont possédés par 1% de la population mondiale). Réussir, selon moi, ce n'est pas « avoir » ; mais ce n'est pas non plus fuir cet « avoir » dans une « spiritualité névrotique ». Réussir, c'est « être ». C'est se tenir droit, au milieu, en équilibre dans le monde (mais surtout au sein de la Nature). C'est donc avoir, mais c'est aussi « spiritualiser » cet avoir. C'est aussi savoir se nourrir par la grâce de l'éternel, et être capable de s'en servir pour bâtir juste ce qu'il faut ; et donc « avoir » uniquement ce dont nous avons besoin, ni plus, ni moins.

L'argent, du point de vu symbolique :

Chez nos lointains ancêtres, la monnaie est avant tout un moyen de régulation. On parle alors de « paléomonnaie ». C'est un moyen symbolique, avant d'être un moyen matériel. La monnaie sert donc de médiateur pour régler la vie sociale (grâce à la monnaie on règle les mariages, les naissances, la guerre, mais aussi la paix, etc). Derrière l'argent se dissimule un principe circulateur, un besoin d'échanger équitablement avec autrui. Ce principe induit donc des rapports d'équité, de bonne mesure, de bonne quantification, etc. Pour moi, ce principe est énergétiquement imprégné d'une énergie astrologiquement « mercurienne » exprimée par le signe de la Vierge. C'est selon moi ce qui sous-tend la base historique de la monnaie. L'évolution de cela va évidement imposer d'autres marques énergétiques (je ne vais pas aller plus loin dans ces considérations).

De façon générale, si nous sommes d'accord pour reconnaître une volonté mercurienne (mais aussi alchimiquement « mercurielle », liant les hommes entres eux via des rapports transactionnels équitables régulant la vie), nous adhérons donc à un besoin de trouver un mode de communication matérialiste saint pour réguler les sociétés humaines. C'est une bonne chose, une bonne idée ! Et si nous usons de l'argent en ce sens, nous pouvons en effet trouver un équilibre qui certes devra être entretenu, mais qui aura le mérite d'exister ! Est-ce le cas aujourd'hui ? Je ne pense pas ! La vision de l'argent que je propose de considérer est une vision qui se veut « originelle » (en ce sens qu'elle cherche à renouer avec ses racines historico-philosophiques, et ésotérico-astrologiques).

Le plus important à retenir est que l'argent est fait pour circuler entre les hommes afin de permettre un épanouissent dans la matière. Ce faisant, l'argent permet clairement une meilleur régulation de la société des hommes. Il ne faut pas voir la monnaie comme le mal incarné, il ne faut non plus voir le monde uniquement par le prisme de l'argent. Tout est encore une fois une question d'équilibre. Dans tous les cas, les années à venir vont apporter beaucoup de changement sur ce plan ; soit parce que les hommes vont devenir plus sages, soit parce que la Nature imposera sa volonté de changement par catastrophe. Dans ce deuxième cas, nous n'aurons pas le choix que de s'adapter pour ne pas mourir. Cela imposera de facto une mutation obligatoire du monde des hommes (j'avoue préférer un peu plus de sagesse, que d'opter pour un mode de vie survivaliste).

Gravure du signe de la Vierge par Jacob de Gheyn II dans l'ouvrage "Arataea, sive Signa Coelestia"

Cet article, bien trop court à ce sujet, j'espère vous ouvrira une vision différente (que je qualifierais de naturelle) de l'argent. J'espère que vous pourrez trouver un moyen de percevoir tout ça avec décontraction et de manière décomplexé. L'argent est aujourd'hui devenu une arme de domination, il n'est plus utilisé pour ce qu'il peut apporter de bon. Or, c'est cela qu'il faut retrouver dans son quotidien, c'est-à-dire un usage « bon » (au sens platonicien du mot) de l'argent. Un moyen de créer du lien, de bâtir, d'aider, de soutenir, de vivre sans opulence mais dans une abondance saine respectant la Nature, etc.

G.Attewell

#argent #philosophie #bon #juste #équitable #équilibre #mercure #vierge #astrologie #ésotérisme #spiritualité #pouvoir #domination #nature #matière #symbolisme

0 vue

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon