Le retour du Roi

La fin du monde, l'apocalypse, la fin de cycle. C'est un sujet plutôt d’actualité n'est-ce pas ? Et oui ! Nous y sommes, la tyrannie domine, le mal est grand, l'antichrist est au pouvoir, et nous entrons dans la phase finale de son règne : « sa divulgation officielle ». Faut-il avoir peur ? Non. Pourquoi ? Parce que la loi des cycles dirige toujours la marche du monde, et par cela même le royaume de l'antichrist n'est pas fait pour durer. Son règne ne sera pas long, et ceux qui l'incarnent le savent (et pour cette raison, ils s'agitent plus que d'habitude, poursuivant alors leur agenda tyrannique). Mes amis, le retour du Roi aura lieu, en vous et dans le monde ; non pas dans 50 ans, mais dans les 5 années à venir (et je me permets de rester approximatif, n'ayant pas consulté les astres dans le détail pour pouvoir être exact).


Suis-je fou de parler de cette façon ? Oui, très certainement pour ce monde actuel. Mais je me fiche de savoir qu'on me voit comme un fou, ce n'est pas mon problème. Pour ma part, j'essaie de servir la Nature et l’Éternité du mieux que je le peux, et ce malgré mes imperfections. En vertu de cela, j'ose écrire sur des choses bien tendancieuses, voire même hérétiques, pour les inquisiteurs des temps modernes. Et ceux-là sont actifs désormais, la chasse aux sorcières est réouverte, sachez-le.


Dans cet article hérétique, je vais plonger dans l'astral de Tolkien, et je vais vous en sortir ce que j'en pense. Comprenne qui pourra ! Les autres me traiteront de « taré » (et ce sera très bien comme ça).


Aragorn

La cité blanche :


Dans le travail de J.R.R Tolkien, la cité qui gouverne pour tous les hommes, et au sein de laquelle siège son Roi, est la belle et grande « Minas Tirith » (qui veut dire « tour de garde » en sindarin), la cité blanche (elle n'est pas noir, elle n'est pas jaune, ni verte, mais blanche...). Anciennement, cette cité se nommait « Minas Anor », ce qui veut dire « la tour du soleil » (toujours en sindarin). Quand on sait que la tradition ésotérique rattache toujours la figure du Roi au symbolisme solaire ; nous voyons qu'ici, l'imaginaire de l'auteur fut grandement inspiré. Le Roi est le souverain, celui qui permet de faire resplendir la cité, de maintenir son équilibre, de la protéger, etc. Le Roi est solaire parce qu'il fait rayonner la volonté de la Nature au travers de son règne, grâce à son peuple, pour son peuple, etc. Il incarne le bon, le vrai, le juste et le beau. Quand la corruption pénètre dans la cité, le Roi se corrompt aussi, et avec lui la cité meurt doucement, pour disparaître et renaître à nouveau avec le retour du bon Roi, celui qui va faire resplendir à nouveau le soleil (et nous retrouvons aussi dans l’œuvre de Tolkien la notion de cycle).


« Car Minas Tirith était bâtie de telle sorte qu’elle s’étalait sur sept niveaux » (J.R.R Tolkien – Le seigneur des anneaux, tome 3, le retour du roi). Voilà un point intéressant ! Était-ce fait exprès ? Je ne le sais pas. Mais c'est écrit et l’ésotériste que je suis y vois beaucoup de choses ! Vous vous en doutez ! Ainsi, pour atteindre la tour où se loge le « trône », il faut traverser les 7 niveaux de la cité, le septième étant le haut de Minas Tirith, là où trône le Roi : « […] un long passage incliné, éclairé de lanternes, grimpait jusqu’à la septième porte. Ainsi pouvait-on atteindre la Haute Cour et la Place de la Fontaine au pied de la Tour Blanche: haute et élancée [...] » (J.R.R Tolkien – Le seigneur des anneaux, tome 3, le retour du roi). On notera que le trône du Roi est niché au septième niveau de la cité, niveau correspondant à de Binah (Saturne) en Qabal, et au chœur angélique des Trônes chez Denys l'Aréopagite. Quelle belle coïncidence n'est-ce pas (la lecture hermétique de tout cela pourrait s’étendre encore, mais je vais m'en tenir à ça) ?


Minas Tirith

Du mauvais Roi tyrannique, au retour du Roi légitime :


Dans le seigneur des anneaux, le Roi Denethor n'est pas le Roi légitime des hommes, c'est Aragorn, fils d'Arathorn qui l'est. Denethor représente le tyran, le mauvais roi, le corrompu qui gouverne avec orgueil, égoïsme, etc (c'est le tyran platonicien, qui achève la fin de cycle de la cité). Le Roi légitime qu'est Aragorn n'est pas encore au pouvoir, il est errant, c'est un rôdeur qui inconsciemment attend son heure pour reprendre le trône (qui lui revient de droit). Nous retrouvons là le mythe du retour d'Arthur, le vrai Roi, le bon Roi, qui va restaurer l'équilibre et sauver le peuple de la tyrannie.


En réalité, toutes les anciennes traditions possèdent cette connaissance cyclique, et toutes prophétisent le retour d'un Roi juste, bon, etc ; un héro qui va sauver les hommes. Chez les Musulmans, nous trouverons le « Mahdi » (la personne guidée par Dieu, celle qui montre le chemin, etc), chez les Juifs nous trouverons le « Messie » (le mashia'h, le sauveur de l'ancien testament) ; chez les Égyptiens nous parlerons du mythe d'Horus, etc. Nous pouvons aussi mentionner le Roi du monde (selon le point de vue de R.Guénon), et bien d'autres mythes décrivant une eschatologie conduisant au retour du bon Roi.


Arthur, Merlin & Viviane

Ce Roi juste et sauveur est un archétype, et non un individu attendu. Ce Roi est en premier lieu en nous tous, et il attend son retour en nous, dans notre cœur, sur son trône solaire, il est notre souveraineté légitime et volée par les pouvoirs du Satan. Le diable a semé la discorde en nous tous, et notre royauté intérieure est en errance quelque part en nous. Nous devons la retrouver, renouer avec elle, nous devons nous aussi vivre notre eschatologie interne, personnelle, mais aussi profondément spirituelle. En faisant cela, nous allons retrouver notre splendeur intime, et ainsi pouvoir faire rayonner celle-ci dans le monde, pour le bien de tous. Ce travail est inévitable si nous voulons sortir glorieux de cette fin de cycle.


Cet archétype s'incarnera aussi dans le monde, il prendra vie dans la matière. Non pas en un individu, mais dans tout le peuple qui, une fois éclairé par la lumière du Roi intérieur, pourra porter au pinacle les meilleurs d’entre nous qui incarneront ce rôle dans le monde humain. Cela ne peut se faire que si les humains évoluent en conscience, sortent du diabole, et retrouvent ce trône solaire en eux-même. Ils seront alors capable de reconnaître ceux à même d'incarner au mieux ces valeurs pour le bien du monde, et le « retour du Roi » sauveur pourra alors avoir lieu.


L'espérance du retour :


En parlant étymologiquement de nom d'Argorn, Tolkien le traduira par « roi révéré ». Ce qui en dit long sur l'importance que celui-ci revêt. Après la chute de Sauron, Aragorn sera nommé Roi du royaume réunifié, mais l'espérance n'était pas dans le cœur de tous : « A moins que le roi ne revienne ? Dit Gandalf. Eh bien, Monseigneur l'Intendant, votre tâche est de conserver encore ce que vous pourrez du royaume devant cet événement que peu de gens attendent à présent » (J.R.R Tolkien – Le seigneur des anneaux, tome 3, le retour du roi).


Avant le retour de Roi, il y a la fin, la guerre, la chute, l’effondrement. Pendant cette période de fin de cycle, tous ne croient pas au retour de jours meilleurs, tous ne sont pas tournés vers l’avenir car ils n'en voient pas. Ils s'abandonnent alors à la perdition, la folie, l'excès avant la fin, etc. Ainsi, le monde connaît un chaos considérable, un désordre total et destructeur symbolisé par l'invasion des troupes du Mordor. Car le Mordor est le royaume du mal, de l'ombre, des ténèbres, du diable (qui contrôle tout via l’œil de Sauron). La corruption et la perversion est partout, c'est la fin, mais ou est le Roi allant nous sauver ?


Le Roi est porté par les cœurs de ceux l'ayant reconnu, et non par les dirigeants tyranniques qui ne veulent pas de son retour (Denethor ne reconnaît pas Aragorn comme Roi légitime, il le méprise même). Et ce Roi soumet même les ténèbres pour les remettre à son service, comme nous le raconte symboliquement l'épisode de la colline d'Erech, où il commande à l'armée des morts : « Aragorn dit alors : L'heure est enfin venue. Je me rends maintenant à Pelargir sur l'Anduin, et vous allez me suivre. Et quand tout ce pays sera débarrassé des serviteurs de Sauron, je considérerai le serment comme accompli, vous aurez la paix et partirez à jamais. Car je suis Elessar, héritier d'Isildur de Gondor » (J.R.R Tolkien – Le seigneur des anneaux, tome 3, le retour du roi). Cette armée des morts combattra au côté du Roi, pour son retour, et pour éteindre le règne de Sauron. Ce Roi sait aussi bien combattre en utilisant la lumière et les ténèbres, en juste mesure, pour le retour de l'harmonie.



Cet article est un bien maigre résumé de la richesse spirituelle et ésotérique que nous a laissé J.R.R Tolkien, lui-même ne s'étant pas prononcé officiellement sur ses intentions d'auteur. Voyez ce que vous voulez bien y voir, mais sachez que son œuvre est bien plus profonde qu'une simple « saga d’héroïque fantaisie ».


G.Attewell


Liens des images :

- https://www.pinterest.fr/pin/431571576767872218/

- https://www.pinterest.de/pin/436356651370571205/

- https://www.pinterest.cl/pin/433753007833591830/

- https://www.amazon.fr/Roi-du-Monde-Ren%C3%A9-Gu%C3%A9non/dp/2070230082


#leretourduroi #soleil #archétype #roi #aragorn #tolkien #minastirith #leseigneurdesanneaux #mythe #arthur #merlin #mythologie #graal #leroidumonde #renéguénon #agartha #article


380 vues2 commentaires

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon