Vers une nouvelle spiritualité

Puisque nous allons bientôt célébrer le retour de la lumière (symbolisé par la nativité dans la mystique chrétienne), je me suis dit que j'allais vous rédiger un article autour du « renouveau », de la « renaissance » (non pas la période de l'histoire) ! Car au milieu du chaos qui aujourd'hui règne sur la terre, un renouveau se prépare, celui d'une nouvelle spiritualité (et donc de nouvelles religions, de nouveaux cultes et dogmes, etc). Bien évidement, le plus important est le retour du spirituel, et de l'envie de s'élever, de revenir au divin. Car on le sait, de cette nouvelle forme spirituelle va naître de bonne choses, comme de mauvaises (et c'est là toute l'histoire de l'humanité). Mais avant de voir arriver un nouvel age de dissolution (que nous traversons actuellement), nous allons pouvoir profiter de longues années de paix (même si le monde restera imparfait).

Une nouvelle ère débute et forme du neuf, du nouveau. Nous le voyons bien. Cela implique d'abord de détruire tout ce qui n'est plus jugé utile par la Nature pour la suite de notre histoire dans l'univers. Dans cette nouvelle ère qui doucement (et sauvagement) s'installe, le spirituel se transforme, comme tout le reste du monde humain, et du vivant en général. Le fond de choses reste intact, solide (même si certains tentent de vouloir l'effondrer), mais les formes changent, et donc les mots, les images, les références, tout mute. Nous parlons là de l’avènement de l'ère du Verseau (celui que les disciples de Jésus vont suivre : « l'homme portant une cruche d'eau » de l'évangile de Marc, le saint lion ailé). Alors ? Que va t-il se passer ? Quel va être ce nouvel ordre spirituel ? Parlons en un peu !


Le culte de l'unité : « Oneness » :

Aujourd'hui, nous voyons que dans le monde de la spiritualité, une chose semble être l'objectif essentiel à atteindre : « l'unité ». Tout le monde recherche l'éveil pour toucher du doigt l'unité, cette essence que les nouveaux maîtres semblent tous avoir découvert. Si il existe en effet une « unité » (et donc son anglicisme à la mode : « Oneness »), je doute fortement que nos « nouvelles stars » du spirituel l'est toutes rencontrés dans leur cœur (mais passons sur mon aigreur légendaire).

Dans l'ère du Verseau, l'information et le mental supérieur vont probablement (si ce n'est pas déjà le cas) être un axe de développement important. On le voit d'ailleurs avec la spiritualisation de la science (et je pense à des figures de proue comme P.Guillement, J-P.Petit, N.Haramein, etc). En effet, la physique moderne nous parle de plus en plus de spiritualité, et nous demande de quitter nos référentiels intellectuels connus, pour voyager vers un nouveau paradigme qui nécessite une ouverture d'esprit assez large, et un mental qui cherche donc à s'élever (et c'est d'ailleurs une bonne chose).

Un mot ressort de toutes ses recherches actuelles en matière de science : « conscience ». La physique de la conscience est envisagée, et la métaphysique revient à la charge pour défricher ce nouveau chemin. Nous assistons donc ici à un virage violent mais important dans le domaine de la recherche scientifique. Et nous savons aussi que nos chercheurs portent maintenant une attention toute particulière sur la mécanique de l'information (surtout quantique, et c'est un chantier incroyable de nos jours). Ainsi, des questions se posent. Comment la conscience générerait elle tout cela ? Est-elle seulement la source de tout ces phénomènes ? Etc.

Si nous nous tournons du côté des anciens, il n'y a aucun doute, la conscience existe, c'est l'âme. Et elle naît grâce à Dieu lui-même, elle est le don divin, et elle naît et vie en l'unité (le monde des émanations de la Qabal, le royaume des cieux de la mystique chrétienne). Il y a donc une conscience à l'origine des choses, et celle-ci vit en unité, dans l'unité.


Comment repenser la création :

Il n'y a pas besoin véritablement de réécrire un mythe de la création, ni besoin de reformuler complètement le big-bang (qui n'est autre qu'un mythe de la création fabriqué par les scientifiques). Il y a simplement besoin de reformuler les choses avec les mots de notre époque !

Par exemple, l'unité d’où émane le vivant (Atziluth dans la Qabal) n'est autre que le vide dont nous parle la physique. L'astral ou l'on rêve, ou l'on voit naître les pensées et les formes (etc.) n'est autre que le psychisme dont nous parle les neurosciences et la psychologie moderne (J-P.Petit, dans son modèle « Janus », nous explique même comment il est possible d'envisager le psychisme de l'univers).

On peut également se tourner vers les quatre forces fondamentales de la physique pour se rendre compte qu'elles sont en réalité les quatre éléments de la Nature dont nous parle les Hermétistes (et Toni Céron en parle très bien). En continuant ainsi, on met en évidence une continuité dans la Connaissance, et on voit que celle-ci ne meurt pas, elle change juste de forme. Et si les humains peuvent l'oublier si il décide de lui tourner le dos, ils ne peuvent la détruire car la Connaissance est immortelle (seul ses formes peuvent mourir).

Cela fait que de nos jours, nous pouvons repenser la Connaissance depuis un nouveau vocabulaire, depuis un nouveau paradigme. Et finalement, nous ne faisons que retrouver ce qui existe déjà, et n'aurons de cesse de faire cela, tout le long de l'existence de l'espèce humaine.


La ou nous pensons découvrir, inventer, etc. Nous ne faisons que retrouver. Bien sûr, nous retrouvons à l'aune d'une époque permettant de redécouvrir selon un autre point de vu les choses de la Nature. Les ères astrales sont ces points de vu, elles nous offrent une contemplation particulière de l'univers. Mais si nous suivons « un homme portant une cruche d'eau » dans une « maison », comme le dit l'évangile de Marc, nous allons forcement découvrir un nouveau point de vu (surtout depuis « une chambre haute » ou l'on va préparer la « pâques », donc à l'entré du printemps) ! Tout cela n'est pas anodin, et les anciens nous passait déjà le message en leur temps.

Il faut accepter de voir apparaître une nouvelle spiritualité basée sur la quête de l'unité. Comme il faut accepter aussi de conserver le savoir des anciens pour se souvenir d’où l'on vient. On n,avance pas dans le futur en jetant tout le passé à la poubelle, il faut être plus sage que ça ! Aussi, il faut accepter de voir le savoir ésotérique se reformuler, changer de formes (pourvu que cela soit fait seulement par des Connaissants, et non des ignorants). Tout change, et ce n'est ni bien ni mal, c'est ainsi. Nous devons juste veiller à préserver une chose capitale : l'équilibre.

G.Attewell

0 vue

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon