L'ego, la douce illusion


« Je. « Je » est une illusion. Moi. « Moi » est le rêve de Dieu... ». L 'ego... Qui est-il ? Voila ce que nous allons observer aujourd'hui. Je tiens à signaler que cet article va probablement toucher des aspects fondamentaux de l'incarnation. A ce titre, il est possible que sa lecture ne soit pas des plus agréable... Si des émotions se manifestent, je vous encourage à les exprimer afin de vous en libérer.

Ego :

Ce mot provient du latin « egō » signifiant « moi ». Il désigne la représentation consciente que l'on a de soi-même (notez bien ceci, nous avons conscience de cette « représentation », mais nous n'avons pas conscience que c'en est une). En psychologie, on le considère souvent comme étant le fondement de la personnalité. Dans le monde du développement personnel, l'ego sera plus considéré comme une entrave à notre bien-être.

Pour moi, l'ego est une matière qui doit être purifiée. Elle est en quelque sorte l’objet de notre travail ici-bas. Lors de l'incarnation, nous héritons de cet « ego ». Nous allons devoir vivre avec (aujourd'hui, je pense même que le travail continue en l’invisible, mais je ne m'étalerai pas là-dessus dans cet article). Je crois que l'ego est la clef de l'expérience mystique. Si on ne se penche pas sur son « moi » pour travailler à son épuration, il nous sera impossible de vivre des expériences extraordinaires. Bien entendu, ce point de vue n'est pas une vérité absolue dans la mesure où certaines personnes n'ayant rien demandé vivent parfois des choses d'ordre mystique. C'est ce que j'appelle la « loterie divine ». La lumière a ses raisons que la raison ignore... (je crois que certains êtres humains ont un ego clairement épuré, ou en tout les cas, très peu épais. Cela peut alors aisément laisser la lumière entrer. D'un point de vue spirituel, cela peut expliquer pourquoi ils sont souvent sujets à ce genre d'expériences extraordinaires. Je pense aussi qu'un bon astrologue sera capable de déceler ce genre de choses dans un thème natal).

Emblème XVII du Pia Desideria de Hermann Hugo

Accepter le vide :

La plus grande peur de l'ego, c'est le vide, le « rien ». Pour pallier à ce problème, il va d'une certaine manière chercher à se remplir. Cela lui permettra de ne pas avoir à faire face à ce que les soufis nomment l’ « abîme » (nous aurons l'occasion de revenir là-dessus). La peur fondamentale de l'être humain est la mort. Ce vide dont je parle la représente parfaitement. Elle est inhérente à notre ego. Nous avons tous peur de nous retrouver vacants dans un vide froid et inanimé. Nous avons tous peur de nous retrouver dans ce rien silencieux et sans vie (voilà par ailleurs ce qui cause tous les tourments de ce monde, l'angoisse de mort).

Il y a une bonne nouvelle là-dedans. Ce vide n'existe pas. il n' « est » que par méconnaissance de l'invisible. Celui qui acceptera son inconnaissance pourra alors voir la vie apparaître doucement dans ce qu'il pensait n'être que du rien. C'est l’objet même de la méditation. C'est un long chemin qui vous fera retrouver le vivant là où votre ego pensait trouver la mort (en d'autres termes, la mort n'existe pas).

Il est important de comprendre que l'ego se « pense être », mais il n'est pas. Il se représente les choses mais ne les perçoit pas. Il lui est impossible de par sa nature de comprendre le vide qu'il se représente. Il est prisonnier de sa propre condition (il ne peut être que ce qu'il est et pas autre chose). Seul un travail sur soi pourra lui permettre de se rendre compte de cela. Une fois que la conscience permettra à l'ego de se percevoir tel qu'il est, un effondrement surviendra. Toutes nos croyances, idées reçues, jugements, préjugés, représentations, etc. Tout ça s'écroulera comme un château de cartes. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que nous pourrons alors avoir la chance de nous voir tels que nous sommes. L'ego se redimensionnera instantanément. Il retrouvera alors la place qui est la sienne (sans souffrance).

Les trois phases :

Pour travailler sur soi et œuvrer à la réalisation de cette « libération intérieure », je distingue trois étapes (en analogie avec le Magnum Opus) que je pense être importantes dans la vision de ce que je propose. La première, c’est la purification de l'ego. Cela passe, à mon avis, par la psychothérapie (Jungienne selon moi). La deuxième phase, c'est la reconstitution de la matière épurée. Ce que je prône pour cela, c'est la méditation (en se rappelant que : « On ne médite pas, on est médité »). Enfin, une fois que que la transparence est réalisée, la renaissance est possible. A ce stade, le « maître intérieur » prend le relais. Ceux qui sont parvenus à ce moment savent que l'aventure continue autrement ; mais il convient de respecter un adage qui nous dit : « Mets ton doigt devant ta bouche, toi qui sais ».

Ainsi, je terminerais par une citation de Carl G. Jung qui nous disait: « En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être. »

G.Attewell

#illusion #ego #moi #rêve #dieu #vide #accepter #rien #magnum #opus #Jung #abîme #peur

Posts Récents
Archives
Rechercher par tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon