Tres magicis verbis


Avant de plonger plus dans le détails, avant de se mettre à marcher sur le chemin ; il faut déjà savoir certaines choses qui pour moi sont essentielles. Ces choses s’avéreront être très importante tout au long du voyage car elle feront office de cadre, elles nous permettront de bien garder le cap et de ne pas se laisser prendre par de fausses semblances. Parmi ces choses à garder en conscience, trois mots sont à comprendre :

  • Ésotérisme

  • Spiritualité

  • Mystique

Dans cet article, je vais apporter ma vision de ces trois mots. Cette vision, comme beaucoup de choses que je vais partager sur ce blog, est forgée sur un savoir transmis par mes maîtres, et par mes expériences directes. Je ne donne pas juste un point de vu, je partage aussi le fruit d'expériences concrètes et indiscutables sur le plan intérieur, et ce malgré l'impossibilité de prouver par la science ce que j'avance. N'y voyons pas un rejet de la doctrine scientifique. Je pense qu'elle peut apporter des supports matériels utile, mais je pense en revanche qu'elle n'est pas faite pour prouver l'existence de l'invisible et de ses mystères. Ceci étant dit, continuons.

L'ésotérisme :

Ce mot trouve son étymologie dans le Grec ancien « esôterikós » qui veut dire : « de l'intérieur ». Nous voilà déjà entrain de pénétrer doucement dans le sanctuaire de l'être. L'ésotérisme est un savoir pratique ; c'est-à-dire un outil mental permettant à l’adepte d'appréhender certaines choses de la nature afin de l'aider à cheminer dans sa quête intérieure. J'insiste sur le fait que l'ésotérisme est un outil ! Il faut accepter que ce savoir, un jour, ne servira plus à rien. Il faudra alors le transmettre et l'abandonner. N'y voyons pas ici de mauvais fatalisme et de nostalgie mélancolique, mais plutôt une marque d'évolution de conscience signifiante. Lorsque le maître intérieur se réveillera, les mots de Michael Sendivogus prendrons tout leur sens : « Maintenant, brûle tous tes livres, même les miens ».