Voir pour croire ? Ou croire pour voir ?


Voilà un mot que l'on s'arrache : « croyance ». Les croyances limitantes, les croyances nous empêchent de vivre, les croyances qui limites nos capacités, les croyances religieuses, animistes et que sais-je encore ! Des croyances partout ! Dans cet article, nous allons tenter de voir une chose qui ne se voit plus, à savoir, les aspects positifs des croyances. Oui chers amis ! Les croyances peuvent avoir du bon ! Oui, elles peuvent nous faire du bien ! Allons voir ça de plus près...

Le Festival des fées - Gustave Doré

Un vieux mot latin :

Les sources étymologiques nous ramènent au latin « credo » qui signifie à la base « placer l’intelligence du cœur » (explications basées principalement sur des racines indo-germaniques ou l'on trouve « kred » qui veut dire « intelligence, cœur » ; et « d'eh » qui veut dire « placer », dans le sens de « porter sur quelque chose »). Ainsi nous comprenons que l'on parle de ce qu'on pourrait appeler de nos jours « l'attention ». Mais cette « attention » est visiblement animée par l’intelligence du cœur, nous dit-on ! Alors, le croyant serait donc celui qui porte son « intelligence du cœur » sur quelque chose ? Voilà une manière de comprendre le mot « croyance », voilà en tout cas comment je vous propose de l'entendre ! Croire n'est donc pas péjoratif à la base ! La connotation actuelle qui sous-tend ce verbe est à mon sens un peu « déplacée » (pour ne pas dire complètement galvaudée).

Croyance et psychologie cognitive :

Dans notre utilisation moderne du langage, la « croyance » est assimilée au « conditionnement ». Autrement dit, celui qui « croit » est emprisonné dans un système de pensée qui architecture son cerveau d'une certaine manière. La conséquence est que celui là va donc percevoir le monde, ainsi que lui-même, au travers de ce système de pensée. Nous pouvons donc observer ceci en le résumant de cette façon :

Bien entendu, nous sommes loin de la proposition de compréhension que je vous ai faites plus haut ! Néanmoins, ce que nous propose (en résumé) la psychologie cognitive n'est pas idiot non plus ! Cette équation que vous pouvez voir en image ci-dessus est finalement un chemin direct vers l'illusion ! Il faut donc ici comparer les deux compréhension du mot : « croyance » ! Nous parlerons alors de « croyance selon les anciens », et de « croyance psychologico-cognitive » (c'est juste pour se repérer ! Pas la peine d'en faire un concept) !

Croyance selon les anciens :

Si on est d'accord avec le mot croyance dans le sens de « porter son intelligence du cœur sur quelque chose », alors nous sommes simplement dans un exercice qui consiste à « porter son attention sur quelque chose ». En d'autres termes, quand on croit, dans ce sens là, on oriente son centre vers un point donné (que l'on désir contempler). Finalement, nous méditons ! Dans cette perception là, croire n'implique pas d'être convaincu par une idée, une pensée. Croire ne demande pas d'agir selon une vision du monde. Non, dans cette perception là, croire nous dit : « Observe sans rien faire, regarde sans dire un mot, contemple sans analyser, soit présent au moment, et laisse toi instruire... ». C'est en tout cas de cette façon que je vous propose d'entendre cela.

Croire, dans le monde des anciens, c'est ouvrir son cœur à la nature et laisser la connaissance y pénétrer. Cette connaissance est ésotérique, mystique, invisible et ineffable, mais elle « est ». Enfin, une fois que celle-ci entre dans notre cœur, elle révèle, dévoile, découvre les mystères (vient alors le moment ou on apprend à se taire sur cet aspect de la nature). Il est bien évident que cette philosophie va indubitablement construire notre cerveau d'une certaine manière. Bien sur que cela nous poussera à voir le monde d'une certaine façon et pas d'une autre. Mais cette vision du monde sera construite en dehors de la volonté de notre ego ; seulement pour nous, adaptée parfaitement à ce que nous sommes, car architecturée directement par la nature (et elle sait très bien ce qui est bon pour nous...).

Atalante Fugitive - Emblème XXI - Michael Maïer

Pour autant, laisser cette forme de croyance nous construire (nous « élever »), ce n'est pas pour autant exclure le reste (ni s'exclure du reste). Comme je le dis tout le temps, la nature est vaste et son intérêt est que nous puissions vivre aussi le plus largement possible ce qu'elle est (c'est en tout cas mon point de vu). A ce titre, si nous la laissons faire en nous, nous allons pouvoir bénéficier de sa clairvoyance et de sa largeur de perception (attention ! Pas de quête de pouvoir ! Les dons disparaissent si l'ego s’emmêle de trop) ! Ne croyez pas pour autant que ce processus est confortable ! La nature nous confrontera aussi à sa « noirceur » et nous devrons apprendre à l'apprivoiser ! Sur ce chemin là, nous pourrons avoir accès à une perception extrêmement riche, large, et adapté.

Croyance psychologico-cognitive :

Comme nous l'avons vu plus haut, dans cette perception des croyances (celle de la psychologie cognitive), la croyance n'est pas forcement une bonne chose. Certaines croyances sont néfastes et nous font du mal, d'autres sont positives et nous permettent de vivre sereinement. Première chose à observer ici, nous parlons de psychologie. Cela veut dire que nous nous intéressons à l'aspect « terre à terre » de l'individu. Nous étudions notre « moi » (notre ego), et non pas notre « soi » (notre essence). Dans le monde des anciens (donc des vielles traditions spirituelles etc), nous cherchons à rétablir le contact avec le « soi » (notre nature véritable), voir même tenter la grande aventure vers l'éternité. Dans le monde de la psychologie moderne, nous cherchons à vivre mieux notre vie grâce à une meilleur compréhension de notre « moi » (notre ego). Sauf certains psychologues comme C.Jung, la psychologie s'intéresse peu à l'aspect divin de notre existence.

Ici, le but du « jeu » sera de plonger dans notre souffrance afin d'en arracher la racine. L'idée sera de permettre d’apaiser l'ego de ce qui le tiraille. Cela à pour conséquence le bien-être psychique (mais aussi physique dans une certaine mesure). C'est aussi l'occasion de se découvrir, de se comprendre en tant qu'être humain incarné, et tout cela est très bon ! Une manière de faire est donc de supprimer les croyances qui nous mènent dans des impasses, dans la souffrance, etc. On peut alors remplacer ces dernières par des croyances qui nous font du bien, ou simplement conserver celles déjà présente qui nous rendent heureux. On perçoit finalement le cerveau comme un ordinateur au sein duquel certains programmes ne marchent pas, plus, ou son carrément des virus. On tente alors de rétablir l'ordre dans tout ça pour que le système puisse fonctionner convenablement.

Dans ce cas là, nous sommes façonnés par notre vécu, par nos relations avec les autres, par les situations que nous traversons, par nos idées reçues (bonnes ou mauvaises), etc. Nous sommes majoritairement (si ce n'est pas totalement) architecturés par l'ego (le notre, et celui des autres). Cela peut être de bonne qualité, ou l'inverse, cela dépend de facteurs multiples et complexes (relevant surtout, je pense, de notre hygiène psychologique comme de celle des autres).

C.G.Jung

Dans ma vision de la vie et de l'être humain, je trouve qu'il est bon de s'occuper des deux aspects. Il faut aussi bien se sentir heureux dans son incarnation, dans son humanité, comme il est bon aussi de partir en quête du divin. Je le répète encore dans mon article précédant (publié sur science de soi), il faut avoir « les pieds sur terre et la tête dans le ciel » ! Il faut donc bien faire le tri entre le travail psychologique qui perçoit les croyances d'une certaine façon ; et les vielles traditions des mystères qui elles l'entendent encore autrement ! Ne pas se mélanger les pinceaux, c'est ne pas dire n'importe quoi, ne pas comprendre n’importe comment, et c'est aussi et surtout ne pas laisser entrer en soi de mauvaises informations qui pourraient nous détourner de notre droit chemin !

G.Attewell


Posts Récents
Archives
Rechercher par tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon