La Wicca, du pipeau ? Ou une vraie tradition ?


La Magie est clairement revenu à la mode (je me souviens lorsque celle-ci l'était encore, « à la mode », dans les années 90, au sein des mouvances « Goth » ; de bien belles années...). Dans ce milieu fait d'enchantements et de sortilèges, on entend un mot sortir souvent, ce mot est : « Wicca ». Qu'est-ce que la Wicca ? Pourquoi attire t-elle tant d'adeptes ? Est-elle une « vraie » Magie ? Ou est-ce du pipeau ? Qu'est-ce que tout cela veut dire ! Allons voir !


On présente souvent la Wicca comme étant l’héritière de « l'ancienne religion païenne ». Il faudrait déjà savoir avec exactitude quelle était cette seule et unique tradition païenne ! Le paganisme, si il se base sur une vision du monde qui elle est certes unique (et encore, on pourrait en discuter pendant des heures), il existe des tas de traditions païennes ! Et pas seulement une seule « ancienne religion païenne ». Cela est déjà un premier point que je désirais souligner.


Ça veut dire quoi : « Wicca » ?


Si l'origine étymologique est incertaine, le fondateur de cette mouvance, Gerald Gardner, dira que Wicca veut dire « sagesse » en vieil anglais. Si on se penche du côté de J.Bosworth, celui ci proposera, dans son ouvrage : « A compendious Anglo-Saxon and English Dictionary » de 1848, la description suivant :

J.Bosworth - A compendious Anglo-Saxon and English Dictionary – Page 251

J.Bosworth - A compendious Anglo-Saxon and English Dictionary – Page 252


A la source des choses, la « Wicca » n'est donc pas une tradition, ce n'est pas une pratique à proprement parlé. C'est un nom masculin qui permet de qualifier un individu de sorcier (et le nom féminin pour décrire la même chose est « Wicce »). G.Gardner, lui, dira que c'est le mot « Wica » (avec un seul « c ») qui est utilisé pour désigner cette personne, ce sorcier (ce dire est écrit dans son ouvrage « Witchcraft today », et qui date de 1954).


Encore une fois, si on retourne plonger son nez dans le dictionnaire de J.Bosworth, nous ne trouverons aucune source étymologique pour « Wica ». Est-ce une manipulation orthographique voulu ? Un jeu de lettre propre à la langue des oiseaux ? Je n'ai pas la réponse à ces interrogations. Cependant, j'aime les mots, et je tente donc ici de vous donner de quoi vous en faire votre propre idée !


Qui est Gerald Gardner ?


Ce que l'on peut déjà dire de lui, c'est qu'il fut un sacré excentrique bien à l'image caricaturale (pas tant que ça) que l'on se fait des Anglais ! Il fut l'une des figures majeures du néo-paganisme moderne (et probablement, indirectement ou non, une grande influence pour le mouvement hippie/New-age des années 60). Et, il est donc le fondateur de la Wicca.


G.Gardner était aussi (et surtout pourrions-nous dire) un féru d'occultisme. En 1940, il se fit initier par la société théosophique (de New Forest dans le Hampshire). C'est à l'intérieur de cette communauté occulte que G.Gardner eu prétendu être rentré en contact avec un « coven » de sorciers, et d'y avoir été admit par la suite.


C'est dans cette période que le groupe, dont Gardner faisait parti, mit sur pied les balbutiements de la Wicca moderne. Un premier « coven » fut monté en disant s'inspirer de la sorcellerie du moyen-âge, et revendiquait celle-ci comme étant la continuation authentique du paganisme. Le terme Wicca va alors apparaître pour qualifier leur pratique (nous sommes entre 1939 et 1952, toujours à New-Forest en Angleterre).


Gerald Gardner

En 1951, le « Witchcraft Act » est finalement abrogé et l'Angleterre peut alors renouer avec la sorcellerie, la magie, etc. C'est alors que G.Gardner se prétendit au grand jour « wiccan » (et qu'on révéla l'existence de son « coven »). Il dira même, et ce jusqu'à sa mort, qu’il n’avait pas inventé la Wicca ; mais qu’il avait été initié dans un petit groupe qui continuait une tradition qui remontait au Moyen Âge, et qui se transmettait d'une façon secrète de père en fils ou de mère en fille (à New Forest).


Pour ce que j'en sais, Gardner était un drôle de personnage, pas vraiment nette mentalement d'ailleurs. Je ne suis cependant pas un expert biographique de ce monsieur, et je vous invite à creuser la question vous-même si ce personnage historique vous intrigue. Je pense qu'il est le fondateur de la Wicca qu'il confectionna aussi grâce à l'aide d'un homme qu'on connaît sous le nom d'Aleister Crowley (encore un drôle d’énergumène, pas très saint non plus selon moi, mais pas inculte et non-connaissant pour autant) !


Aujourd'hui, la Wicca a grandit, elle s'est transformée et ses enfants ont fondés des courants tous plus différents les uns que les autres. Ainsi, pour parler de la source, on parle alors de « Wicca Gardnérienne » (ou encore de « gardnérianisme » ou de « gardnérisme »).


Qu'est-ce que la Wicca ?


La première chose qui est à savoir est que la Wicca est un syncrétisme. C'est un assemblage de plusieurs influences, philosophies, pratiques magiques, etc (un joyeux bordel en somme). De manière générale, le XXe siècle était l'époque des grands mélanges ésotériques, ou beaucoup de cherchant tentaient de créer des systèmes nouveaux. Gerald Gardner ne s'en est donc pas privé.


Voici la traduction de C.Lelièvre du Credo Wiccan (« The Wiccan Rede ») tel que proposé en Anglais par Doreen Valiente :


Oyez les paroles des sorciers: Notre secret caché dans la nuit Lorsque le chemin était sombre Nous le révélons en ce jour d'hui.

Devant l'eau et le feu mystérieux Par la terre et le souffle de l'air Par la quintessence de l'esprit Gardez silence, veuillez vous taire

Les renaissances de la nature Le passage des hivers et printemps Nous communions avec ce qui vit Et fêtons dans un cercle hors du temps

Quatre fois l'an viennent les grands sabbats Et les sorcières dansent avec entrain Aux premières récoltes, à la Chandeleur À la fête de mai et la Toussaint.

Quand les jours et les nuits s'égalisent Quand l'Astre est au zénith ou nadir Les sabbats mineurs sont convoqués Et les sorcières vont s'ébaudir

Treize lunes et cycles féminins Treize sorcières dans un convent Treize crépuscules pour s'ébattre Tout cela