Le positivisme à tout prix


Aujourd'hui, pour bien commencer la rentrée (et pour rester dans un ton « râleur » saturnien qui hante en ce moment mon ciel astral), je vais vous proposer un article qui finalement serait plus caricaturalement un billet d'humeur. J’admets avoir une certaine passion pour l'aigreur, pour la râlerie, etc ; ce qui bien entendu détonne beaucoup par rapport à la teinte actuelle globale qui anime le milieu « trendy » de la spiritualité. Oui ! Aujourd'hui, vous devez être positif ! Vous devez l'être tout le temps, coûte que coûte ! Peu importe votre véritable humeur, peu importe votre état émotionnel (qui d’ailleurs ne demande qu'à être exprimé tel qu'il est, et non d'être réprimé au nom de la « bonne figure » qu'il nous est imposée d'avoir) ! L'ordre impératif et obligatoire du monde merveilleux de la spiritualité est le suivant : « Soyez positif » !

Le fameux "yes you can" des "motivation coach" américain

Et bien dans cet article, je vais tailler un costard à cette mouvance qui selon moi bloque tout naturel en l'être humain. Je vais critiquer ce positivisme abominable qui ne permet pas l'expression simple et authentique de la Nature. « Oh, qu'il est méchant ! », diront certains. « Oh, il n'est pas aligné avec l'uni-vers ! », diront d'autres ! J'en passe et des meilleures. Ces prêtres de la « bien-pensance spirituelle » me gonflent, et je vais vous dire pourquoi !

Les origines de la pensée positive :

Au 19e siècle, un certain Auguste Compte (philosophe français) va donner naissance à un mouvement de pensée dénommé : « positivisme ». Ce cher monsieur, en partie héritier du siècle des lumières (siècle que je ne porte pas totalement dans mon cœur), désirait mettre l'accent sur le « rationnel scientifique positif », plutôt que sur la métaphysique. Le mouvement positiviste, tout comme son créateur, pense que le spirituel est une vue de l'esprit (et qu'elle est donc à ce titre caduque). Dans cette pensée, seul l'avènement des sciences peut répondre aux grands mystères de la vie (et cela est dit « positif »).

Cette philosophie repose sur le concept de « la lois des trois états » qui grossièrement permet d'expliquer l'évolution de l'intelligence humaine, et de réduire, voire de stopper complètement ce que A.Comte nommait : « l'Anarchie mentale » (bien entendu, je résume et vulgarise grandement ; vous ne m'en voudrez pas). Celui-ci dira : « Ce qu'on ne peut savoir, nous n'avons ni besoin ni l'envie de le connaître. La science, lorsqu'elle sera vraiment constituée, accomplira le règne indétrônable de l'esprit scientifique qui triomphera de l'anarchie sociale ». Donc, d'un point de vue « positiviste » originel, il n'y a nul besoin de s'attarder sur des questionnements métaphysiques. Ce que A.Comte rétorque à cette curiosité pour le surnaturel et le paranormal est simple : « Ce qu'on ne peut savoir, nous n'avons ni besoin ni l'envie de le connaître » (citation tirée du texte « Considérations philosophiques sur les sciences et les savants » de A.Comte). Voilà une affirmation bien impressionnante selon moi (et dans un sens, typique de l'esprit des lumières véhiculé par ce philosophe).

Auguste Compte

Ainsi, selon l'ami Auguste, trois états expliquent l'évolution de l'intelligence humaine : « l'état théologique, l'état métaphysique, l'état scientifique ». L'état théologique est considéré comme étant arriériste. Il correspond à cette vision « moyenâgeuse » du monde que le siècle des lumières s'est empressé de faire disparaître (car pour les penseurs de cette période, le moyen-âge est « l'âge sombre », c'est le temps du mal, de l'absence d’intelligence et d'esprit, où l'homme est aveuglé par un manque de raison, de science et d'esprit critique, etc). Vient ensuite l'état métaphysique qui lui est trop abstrait, intangible, spéculatif, non concret et rationnel, donc jugé inapte à proposer une bonne perception du monde (aussi bien au sens moral que scientifique). Et enfin apparaît l'état scientifique qui est lui dit : « positif » car l'humain renonce à ses interrogations métaphysiques et théologiques, il cesse de vouloir nager dans l'abstrait pour s'ancrer dans le « vrai », le réel vu par le positivisme.

Ce mouvement de pensée gomme littéralement toute envie de répondre au « pourquoi originel ». On ne se pose plus de questions extraordinaires ! On abandonne, faute de preuves, tout besoin nous poussant à vouloir comprendre l'origine de la vie ! C'est d'une sécheresse intérieure gigantesque et incroyablement mauvaise pour le « cœur ». Dans le « Discours sur l'esprit positif », Auguste Comte écrira : « Le véritable esprit positif consiste surtout à voir pour prévoir, à étudier ce qui est afin d'en conclure ce qui sera, d'après le dogme général de l'invariabilité des lois naturelles ». C'est la peur qui guide cette pensée (Et pour mieux comprendre cela, je vous invite à lire mes travaux sur l'Ennéagramme, et notamment à vous pencher sur le fonctionnement égotique du « centre mental ». La piste est ouverte...).

Bien entendu, j'ai ici résumé la chose comme je le fais toujours. Les plus curieux iront voir par eux-mêmes qui était ce monsieur Comte. Ils pourront aussi lire ses travaux pour pénétrer plus en profondeur dans ces sujets.

Le positivisme et le développement personnel :

Il faut reconnaître que l'humanité, à un certain moment, a eu besoin de ces mouvements rationalistes et scientifiques. Elle en a eu besoin pour évoluer vers plus de liberté et de progrès technologiques (car ne nous voilons pas la face, le dogme religieux a malheureusement créé beaucoup de restrictions aussi bien sociales, que spirituelles, scientifiques, et j'en passe). Nous ne pouvons pas nier cela ! Nous profitons tous aujourd'hui des progrès de la science matérialiste (sans elle, vous ne seriez pas entrain de lire cet article de cette façon). Mais la question que je soulève relève de la spiritualité, et non intégralement de la matérialité ! Cela veut donc dire que la pensée de notre cher ami Auguste, et de tous les positivistes en général, est (et fut) bonne dans un sens, mais néfaste dans un autre !

Avançons désormais dans le temps, et dirigeons-nous vers ce mouvement apparu dans les années 80 : « le développement personnel » (ou devrions-nous dire : « le développement du Moi »). Nous pouvons voir une imprégnation positiviste très forte au sein de ce mouvement qui se targue de proposer des méthodes de « coaching » concrètes, efficaces (etc), car basées sur la science, sur le rationnel. Ainsi, nous sommes submergés encore aujourd'hui par des vendeurs de méthodes pour devenir plus forts, plus performants, plus séduisants, plus attractifs, plus riches, plus beaux, plus égocentriques en somme ! Et même si je ne nie pas que, trop rarement à mon goût, certains « coach » proposent des choses qui ponctuellement peuvent être bonnes pour notre évolution, il faut malgré tout se souvenir que tout cela doit impérativement reposer sur un socle spirituel, si on ne veut pas sombrer dans l'égotisme le plus basique qui soit (ce qui est le cas de beaucoup de monde aujourd'hui, pour ne pas dire de la majorité).

Couverture de l'ouvrage "Self Mastery Through Conscious Autosuggestion" de Emile Coué

Au sein de ce mouvement, la « pensée positive » est un non choix. On doit l'être à n'importe quel prix pour parvenir à « atteindre ses objectifs ». L'exemple le plus classique est l'usage (bien trop caricatural) de la technique du « renforcement positif » (une « extension », ou en tout cas une « variation » de la Méthode Coué), procédé visant à augmenter ses chances d'adopter des comportements jugés bien-faisants, agréables, productifs, etc (il consiste à associer un comportement/ une attitude /une action, à une gratification. Par exemple : j'ai atteint tel objectif d'appeler telle personne pour mon entreprise, alors j'ai le droit à telle récompense ; un chocolat, regarder une série, un compliment, peu importe. C'est pavlovien au sens le plus stricte du terme). On trouvera aussi les adeptes de la « loi d'attraction » qui, en usant de celle-ci, pense avoir le pouvoir commander les « bonnes faveurs » de l’univers (bien entendu, je caricature ; mais le fond reste vrai au demeurant).

Ainsi, tous les disciples du développement personnel s'agitent « positivement » pour tous devenir plus riches, plus beaux, plus puissants et forts, plus importants et attirants, plus séduisants et valorisants, etc. Dans ce milieu, nous assistons tous les jours à une course effrénée à « qui aura le meilleur statut social ». Mais au final, rien de spirituel ne réside là-dedans. C'est de la vanité à l'état pur maquillée par un marketing très bien ficelé et séduisant. Si quelqu'un cherche l'éveil en marchant sur ces chemins, qu'il les quitte au plus vite, il ne le trouvera jamais. Ces routes ne mènent qu'à l'émancipation de l'ego. Au mieux, elles peuvent améliorer notre confort de vie au quotidien (ce qui n'est pas négligeable, soit dit en passant), mais elles ne pourront jamais soulever le voile mystérieux qui sépare l'être incarné de son créateur.

Le positivisme et la spiritualité :

Ainsi, l'empreinte du positivisme « scientifique » de Comte (et de bien d'autres) aura pu faire son nid dans ce mouvement dit du « développement personnel » ; lui-même se voyant être selon moi un petit enfant de la psychologie cognitive et comportementale (T.C.C) très à la mode dans les années 60 et 70, et encore de nos jours (tout se recoupe, et je ne prends pas le temps de vous expliquer cela, vous me pardonnerez) ! En effet, la psychologie cognitive et comportementale se réclame de la science. Elle est grossièrement une alliance entre les neurosciences et les sciences humaines. Cela lui donne un poids considérable pour une humanité repliée vers un besoin de tout expliquer par la science rationnel et matérialiste. La « T.C.C » va donc devenir une source d'inspiration intarissable pour le monde du développement personnel (c'est d'ailleurs elle qui aura validé et fait connaître cette fameuse technique de « renforcement positif », qui trouve son origine dans la psychologie dite « behavioriste »).

De fil en aiguille, par évolution des milieux, le développement personnel colportant la bonne parole positiviste de Comte, et les travaux de la T.C.C (tel que par exemple la programmation neurolinguistique, les siestes flash, l'EFT, et autres choses du genre), l'environnement de la spiritualité va devenir une cible de premier choix pour d'une part créer un nouveau marché (donc plus de pognon), et d'une autre, de nouveaux adeptes pour perpétrer l'idéologie qui sous-tend tout cela. Cette dernière se retrouve alors infiltrée de partout par des « marchands de soupe » venus convaincre les cherchants d'acheter leur camelote pour parvenir à l'illumination.

Aujourd'hui, au sein de la communauté spirituelle, le développement personnel s'est fait une place et a complètement détérioré l'équilibre de celle-ci. Plus personne ne sait où donner de la tête, plus personne ne sait « trier le bon grain de l'ivraie ». Les gens sont perdus, en soif de trouver leur « bon chemin », prêts à dépenser des sommes parfois astronomiques dans l'espoir de voir poindre un peu de lumière divine à l'horizon. Et dans tout ça, un état d'esprit se distingue, s'impose et juge celui qui n'opte pas pour lui, c'est le « positivisme » (ou caricaturalement la « positive attitude »).

La pensée positive :

C'est en 1952 que le pasteur N.V.Peale va créer la pensée positive, mouvement prônant que le bonheur est atteignable par l'auto-suggestion (elle-même tirée des travaux de E.Coué trouvant leur sources dans l'idéo-dynamisme de H.Bernheim). C'est la naissance du mythe de la prophétie auto-réalisatrice. L'homme est au centre de son destin, il est le maître de sa vie, et possède le pouvoir d'influencer l'univers pour accomplir ses objectifs. Nous nageons-là en plein héritage des lumières (et donc en plein excès d'ego). C'est aussi l'avènement d'un nouvel ésotérisme qui va se scinder de la tradition ancestrale (on parlera plus tard de loi d'attraction, de new-age, etc).

Cette pensée positive (qui se trouve aujourd’hui souvent accouplée à la psychologie positive de Martin E. P. Seligman) a pris possession de tous les esprits en quête de lumière. Cette nouvelle chapelle est prédominante, elle a conquis le milieu de la spiritualité. Un seul souci se pose, elle ne repose sur aucune expérience mystique, et donc ne véhicule aucun moyen d'accès au divin. Mais dans un monde où personne ne sait se repérer spirituellement, cela passe inaperçu. De plus, soyons honnêtes, ce mouvement a bien le droit d'exister ! Ma tolérance me fait souligner cela malgré tout ! Mais mon inextricable exigence en matière de profondeur spirituelle me fait aussi dire que la pensée positive est une impasse sur le plan mystique.

Les philosophes au temps des lumières

Du positif partout :

Pensée positive, positivisme, psychologie positive, etc. ! Nous entendons cela depuis maintenant presque deux siècles (si ce n'est plus). Quand bien même cela a pu apporter de bonnes choses (car comme on le dit, il ne faut pas cracher dans la soupe), le « positif à tout prix » cause de réels dégâts sur le plan de l'intériorité, et voici selon moi pourquoi...

Dans un premier temps, je ne vous cacherais pas que l'aspect superficiel de cet état d’esprit positif m'agace éperdument dans la mesure où il n'est pas autorisé d'être autre chose que cela. Vous devez donc adopter l'esprit positif pour vendre vos « séminaires de lumière » à 800€ avec un faux sourire empli de positivisme tout droit sorti de l'actor studio New-yorkais. Vous devez aussi l'adopter pour coller aux codes définis par l'idéologie positiviste (bien loin de la tradition véritable remplie de courants mystiques), et si vous ne le faite pas, vous serez probablement regardé comme un drôle de loustic pas spirituel pour un sou ! Vous devez être positif pour être jugé comme un bon guide spirituel, un bon inspirateur de bonheur, un bon créateur de lumière, un bon libérateur de conscience (et autres appellations à la mords-moi-le-nœud). En bref, si vous n'êtes pas positif, vous n'êtes pas spirituel et l'univers vous rejette.

Grand malheur à vous qui oserez râler un jour dans votre vie ! La Nature vous punira jusqu'à la fin des temps ! Grand malheur à vous qui oserez exprimer votre colère pour libérer vos émotions ! La loi d'attraction vous délaissera à jamais ! Vous n'attirerez que de la merde et des problèmes ! Les Dieux vous mettront une fessée déculottée que vous ne serez pas prêts d'oublier !

Tout cela ne veut rien dire ! Tout cela est faux et mauvais pour votre vie intérieure ! L'homme est un être émotionnel, et cette dimension ne peut pas être tous les jours positive de la même manière que la Nature ne l'est pas non plus ! Ce positivisme tacitement dogmatique est un poison à long terme qui vous enfermera dans une illusion de la vie, une illusion de la Nature (et donc une illusion de vous-même). On ne peut pas être tout le temps positif, et nous devons accepter notre nature changeante sur le plan émotif et sensible. C'est là une loi de la Nature et nous n'y pouvons rien !

En revanche, nous pouvons apprendre à vivre nos émotions, à les canaliser, leur donner un sens et leur trouver un terrain sain d'expression afin de laisser être ce qui est ! Mais il faut impérativement cesser de vouloir être positif à outrance ! Il faut respecter le vivant en nous, et donc aussi son aspect émotionnel qui parfois aura envie de hurler et de jurer ! Cela est naturel, normal, et l'univers ne vas pas nous en vouloir (au contraire...) ! Soyez authentique, mais ne vous travestissez pas pour faire bonne figure !

De plus, croire que ce positivisme serait un pouvoir d'influence, et que par cela même l'univers nous dirigerait favorablement, est une foutaise ! Nous n'avons pas ce pouvoir (du moins pas de cette façon...) ! La Nature nous emmène là où nous devons être pour grandir en conscience, ni plus ni moins ! Et si nous demandons quelque chose, celle-ci répondra certainement favorablement mais pas dans le sens que nous souhaitons (égotiquement parlant) ! Attention à ne pas vous faire berner par toutes ces sottises qui ne peuvent que vous amener dans un cul-de-sac !

Évagre le Pontique, gravure de Jean et Raphael Sadeler

Voilà, j'ai ici résumé ma pensée qui bien évidemment serait bien plus complexe à expliciter totalement. J'espère que vous saisirez le fond de mon propos, et que cela vous sera utile ! Prenez bien soin de vous et de votre intériorité ! L'étau du « diabole » se resserre, il faut vous protéger !

G.Attewell

#positivisme #EmileCoué #AugusteCompte #positif #psychologie #développementpersonnel #coach #coaching #spiritualité #attitude #motivation #pensée #philosophie #coeur #science #mental #anarchie #savoir #dogme #moi #behaviorisme #TCC #thérapie #cognitive #comportementalisme #comportementale #pnl #neurolinguistique #eft #newage #égo #diabole

Posts Récents
Archives
Rechercher par tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon