Pour une sainte discrimination


De nos jours, personne ne sait vraiment comparer, discerner, discriminer sainement ce qui relève de la spiritualité, de l'ésotérisme, du développement personnel, de la psychologie, du bien-être, etc. Je vous avoue être dérangé par cela, et même quelque peu essoufflé de devoir nettoyer, au moins par soucis d'hygiène intellectuelle personnel, les confusions multiples que beaucoup entretiennent. Sans pour autant détenir les clefs ultimes de la compréhension totale de ces choses là, je pense néanmoins que mon point de vu permettra, à terme je le souhaite, de donner une vision plus claire de ces grands mouvements (le tout avec l'intention que plus personne ne s'y perde par ignorance).

Jamsthaler - Viatorium spagyricum - 1623 - Nigredo

Une des grandes modes inconsciente qui anime le milieu de la spiritualité (pour lui donner un nom afin de comprendre de qui et de quoi je parle), c'est de comparer des choses incomparable par nature. En effet, l'ignorance pousse à mettre sur de même pieds d'égalité des choses qui ne le sont clairement pas ! Ainsi, nous pouvons voir des comparaison à valeur égale entre un « Fulcanelli » et un « Allan Duke », ou un « Jean De La Croix » et un « Jean Lavalle », ou encore un « Carl.G.Jung » et un « David Laroche », etc. Que des comparatifs complètement inégaux en terme de valeur, de profondeur, de qualité, d'efficience, de connaissance, etc. Notre époque ne sait pas reconnaître les différences qui font que tout ne se vaut pas (chose qui est le résultat d'une influence idéologique cloisonnant l'être dans une représentation étriquée de la Nature).

Commençons par le commencement :

La Nature, intrinsèquement, procède à des phénomènes de différenciations entraînant des niveaux variés d'efficiences. A ce titre, et malheureusement pour certains, tout ne se vaut pas (et nous n'y pouvons rien) ! C'est bien cela qui me conduit à vous écrire ce texte. Je tiens à vous faire comprendre que malgré toutes nos bonnes intentions et notre bonne volonté, nous devrons toujours faire face à la différence et au variation de niveau qu'elle induit, et qui font que la Nature est ce qu'elle est (d'ailleurs, soit dit en passant, sans cela la richesse du multiple n'existerait pas).

Ceci étant dit, nous allons étudier ce problème au sein de trois grands « cadres ». Le premier est celui du développement personnel, l'autre celui de psychologie, et enfin le dernier est celui de la spiritualité. Je vais tenter de vous donner une somme d'élément simples et clairs, qui je l'espère vous permettra de mieux savoir d'une part ou vous mettez les pieds, mais aussi d'être plus à même de discerner intelligemment les différences existantes au sein et entre ces cadres.

Un peu d'étymologie avant de partir :

J'ai oser employer un mot qui aujourd'hui suscite la controverse ! De nos jours, à l'emploi de ce mot, je risque de me faire taxer de raciste et de militant d'extrême droite (voire plus si la motivation de mes détracteurs est gonflée à bloc) ! Mais quel est ce mot maléfique ? Le voici : « Discrimination ».

Comme je l'ai dit juste avant, la Nature opère à la différenciation lorsque l’énergie créatrice est « descendante » (et à l'inverse, elle opère à l'unification quand celle-ci est « remontante »). Tout cela est normal et contribue au bon fonctionnement de l'univers. Sans ces deux forces, point de matière, et donc point d'univers ! Ces deux forces on des rôles bien précis, et l'un d'entre eux consiste à « discriminer ». Mais quel est l'origine de ce mot ? Allons voir ça tout de suite !

On trouve la source latine « discriminare » qui veut dire « différencier, varier, nuancer, séparer, distinguer, etc ». Ce mot nous indique que la Nature cherche à créer des nuances, et que pour se faire elle doit distinguer les choses pour en reconnaître toutes les variations (et faire en sorte que celles-ci puissent s'exprimer dans l'univers afin de créer et faire vivre le multiple). L'homme à certes mis un cadre moral très personnel pour régir ce mot et le sens qu'il insuffle, mais à l'origine et comme tout dans la Nature, la discrimination est un phénomène purement naturelle qui ne s’encombre pas de moral. La Nature tri, sélectionne, nuance, différencie (etc) sans aucune forme de jugement. Elle le fait pour maintenir le vivant en homéostasie.

Ainsi, discriminer n'a rien de mauvais ni de bon, c'est juste un processus normal qui permet d'agencer le vivant de manière stable (nous pourrions formuler cela autrement, mais je pense que vous en comprenez le sens). L'ordre naturel ne se prive pas de discriminer, que nous le voulions ou non. Ceci étant dit, vous comprendrez maintenant ce que je veux dire lorsque j'emploierais ce mot !

"Le triomphe du temps" de Jacopo del Sellaio

Le développement personnel :

Globalement, le développement personnel est un mouvement qui, si il n'est pas véritablement né et nommé comme tel dans les années 60, s'est clairement constitué à ce moment là, et ce notamment grâce à l’avènement des nouvelles méthodes psychothérapeutiques de l'époque (apporté par ce que l'on nomme en psychologie : « la 2ème vague »).

Le développement personnel est hétéroclite, il s'est abreuvé et s'abreuve toujours de tas de choses lui servant à alimenter son courant (ou son égrégore...). Et c'est bien là que les confusions sont faisable ! On trouve ainsi un mouvement prônant des vertus spirituelles, mais aussi une émancipation de l'individu, de sa vie en général, de sa condition matérielle, et de bien d'autres choses encore ! En réalité, quand j'écoute les grand prêtre du développement personnel, j'ai le sentiments qu'ils prônent absolument tout, et ils vendent de quoi appuyer leur prêche. Ce sont donc des gens, à les entendre, capable d'améliorer tout les paramètre de votre vie, qu'elle soit matérielle ou spirituelle. Ils peuvent tout faire, ils sont formidable ! C'est là un aspect qui me dérange car ils en deviennent incernable. Au final, on ne sait pas trop ce qu'ils font car ils font tout et n'importe quoi !

"Miroir miroir... Dis moi qui est la plus belle" disait la sorcière dans Blanche Neige...

En bref, et comme je l'avais déjà expliqué dans mon article (celui que je vous invites à lire et qui s'intitule « le positivisme à tout prix ») : « Ainsi, nous sommes submergés encore aujourd'hui par des vendeurs de méthodes pour devenir plus forts, plus performants, plus séduisants, plus attractifs, plus riches, plus beaux, plus égocentriques en somme ! ». Le développement personnel est en réalité le développement de la personne (et comme le dit si bien mon ami D.Shoushi ; une personne, c'est personne !). Ce mouvement prône en fait le culte de la personnalité, que ce soit dit et entendu ! Il n'y a rien de spirituel à l'intérieur du développement personnel, et si la surface semble l'être, il n'en est rien quant au fond de la chose.

Au mieux, le développement personnel peut être un chemin très utile pour vivre confortablement dans le monde de la matière, et peut apporter un équilibre psychologique moyen (c'est-à-dire fonctionnel et stable, mais ignorant du « Moi »). Au pire, il développera le « Moi » à outrance, le tout avec un sujet dans l'ignorance total de cela. Cela donnera alors naissance à ce que l'on pourrait appeler de nos jours des « prédateurs sociaux » (voire pire).

La psychologie :

La psychologie possède maintenant une longue histoire. Un histoire forte intéressante mais qu'il serait impossible de résumer sans omettre d'important détails. Je préfère donc rester sommaire sur ce point, et ne pas encombrer le lecteur avec trop d'informations. Aussi, nous pouvons dire que l'histoire de la psychologie commence officieusement dans l'antiquité ou l'on retrouve, entres autres chez les penseurs grecs, des traces de réflexions sur les processus mentaux. Mais si l'on cherche un point de départ officiel, nous pourrions dire que celui-ci serait le 19ème siècle (les choses ne sont pas aussi déterministes, mais comme je l'ai mentionné au préalable, trop de détails sont à prendre en compte, donc je résume très grossièrement).

Le mot « psychologie », étymologiquement, possède un sens très intéressant et dénote déjà d'une orientation très « mentale », mais pas au sens intellectualisant et idéologique du terme. Au contraire ! Il pourrait se voir être aisément rattaché à la tradition hermétique dans l’esprit qu'il cherche à véhiculer. En effet, le mot « psychologie » provient de la racine latine « psychologia » qui peut se traduire par « la science de l'esprit ». Nous avons la première partie du mot « psycho », qui vient du grec « psyché » (ψυχή) qui se traduit par « esprit, souffle de vie ». Ensuite, nous pouvons observer la seconde partie du mot, c'est-à-dire le suffixe « logia », mot dérivé du grec ancien « logos » qui signifie « la parole, la raison » (que je vous propose de comprendre comme étant le sens du verbe originel, de la raison première de toute chose), mais que l'on traduit aussi par « l'étude, la science, la recherche ».

Après avoir trouvé son chemin dans le labyrinthe construit par Dédale, Thésée affronte le minotaure.

Comme nous pouvons le voir, la psychologie finalement regorge de subtilités que bien des psychothérapeutes modernes on probablement oubliés ! Oui ! Cette science, cette discipline, est bien plus complexe et profonde qu'on veut bien nous le faire croire ! Elle est selon moi à mi-chemin entre le spirituel et le matériel. Elle est justement le point de jonction parfait pour équilibrer ces deux aspects (si, bien entendu, elle est utilisée comme tel). En réalité, et je parle ici depuis mon expérience de la chose, la psychothérapie permet de dévoiler le chemin du « Soi » par une exploration complète du « Moi », car tant qu'on ne connaît pas sa condition humaine (exprimée par le « Moi »), il nous est impossible de découvrir notre profondeur d'âme (exprimée par le « Soi »). Peut-importe les moyens utilisés, si le travail psychothérapeutique permet à l'individu de devenir conscient de son ego, de pouvoir le transcender et vivre sereinement avec, alors une autre route pourra apparaître, une route cachée, qui elle mène droit au pied de la montagne sacrée.

Ainsi, la psychologie est un voyage dans le labyrinthe de l'ego, dans les dédales du « Moi », et toute l'expérience de la psychothérapie consistera à en trouver la sortie. Une fois cela de fait, d'autres horizons se dessinerons alors au loin, laissant le patient face à ce choix : « s'arrêter là, ou continuer le voyage vers de nouvelles aventures ».

La spiritualité :

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le mentionner dans un article intitulé « Tres magicis verbis » : « Au milieu du XIVème, on trouve le mot « espiritualité » étant un emprunt au latin « spiritualitas » (spiritualité, immatérialité). On trouve aussi la racine « spīrĭtus » (souffle, esprit) et son dérivé « spiritalis » (propre à l'esprit) ». Aussi, le mot latin « spiritualitas » (qui donnera naissance au mot « spiritualité »), de part son sens étymologique, nous renseigne sur la chose. En effet, il sert à qualifier ce qui est relatif au souffle de l'esprit, et comme nous le dit l'évangile selon Saint Jean : « L'esprit souffle ou il veut ». Ainsi, la spiritualité est une vision du monde, une vision de la vie qui porte son attention sur ce qui relève de l'esprit des choses, de l'âme des choses.

On peut alors parler de « grille de lecture » spirituelle, c'est-à-dire d'un moyen de regarder les choses avec une approche particulière. Et dans le cas présent, ce regard est spirituel ; à l'inverse d'un regard matérialiste qui lui se focalisera sur ce qui directement observable (sans se soucier du sens et du mystère que recèle ce qui est observé). La spiritualité n'est donc pas une discipline, ce n'est pas un dogme, ce n'est pas une doctrine ou que sais-je encore ! C'est avant toute chose un art de vivre, une façon de d'être, c'est une orientation que l'on prend pour expérimenter le vivant d'une certaine manière.

"Elf portal" de Champion of the light

Grâce à cette manière de vivre sa vie, la spiritualité va, au travers de certains êtres touchés par l'éternité, donner naissance à des doctrines, des religions, des philosophies, etc. Mais elle n'est pas cela ! Même si elle en est la mère, il ne faut pas pour autant l'identifier à ces choses là. De plus, il faut aussi savoir que si tout les chemins mènent à Rome, ce n'est pas nécessairement le cas dans le domaine de la spiritualité ! Si une voie spirituelle peut porter ses adeptes jusqu'à l'éveil, l'illumination, c'est parce qu'à sa source, un mystique a pu ouvrir la route (car ayant lui-même été foudroyé par Dieu). Sans cela, il n'y a pas de voie, il n'y a que des impasses. Il faut alors avancer en s'écoutant afin de savoir si l'on avance sur un chemin qui me réalise ou non ! Je parle ici de réalisation intérieure ! Et non de réussite matérielle ! Même si ces deux aspects ont un lien, ce sont deux choses différentes à la base !

Parlant de choses ayant pu naître grâce à cette orientation spirituelle (donc de la spiritualité), nous pouvons mentionner l'ésotérisme, qui est un savoir purement spirituel (et qui souvent accompagne les pèlerins sur la Voie). Nous pouvons aussi par exemple parler de Philosophie, la vraie ! Celle qui permet de tourner sa « tête » vers la lumière ! (à ce titre, et pour comprendre ce que j’entends par Philosophie, je vous invites à lire cet article : « Sophia, mon amour »). Enfin, nous pouvons aussi parler des religions, qui malheureusement ne sont depuis longtemps que l'expression exotérique d'une profondeur spirituelle perdu (mais qui ne l'ont pas toujours été).

Voilà donc de quoi vous aider à bien faire le tri (donc à discriminer) dans votre tête, à bien savoir ou vous mettez les pieds afin de ne pas vous tromper, et vous faire tromper, ou même tromper autrui ! Je dis cela sans animosité aucune, mais bel et bien par soucis d'aider les cheminants. Il n'est pas anti-naturel de se tromper, ou d'être soi-même dans la tromperie, etc. Tout le monde se trompe un jour, personne n'est à l'abri de cela (c'est bien humain,et on ne peut s'en faire le reproche). Mais si par ce petit article, je peux un tant soit peut aider à limiter les dégâts que cela peut causer, alors j'en aurais le cœur comblé. Je n'ai pas d'autre prétention !

G.Attewell

#spirituel #spirituelle #spiritualité #ésotérisme #dieu #saint #saintjean #évangile #religion #philosophie #fulcanelli #bienêtre #jeandelacroix #CarlJung #développementpersonnel #Nature #différence #discrimination #psychologie #psychothérapie #univers #homéostasie #DanielShoushi #hermétisme #logos #moi #soi

Posts Récents
Archives
Rechercher par tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2018 by La Voie Du Phœnix. Proudly created with Wix.com

  • Vkontakte sociale Icône
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon