Que sont les Dieux ?

En occident, notre tradition spirituelle est avant tout celtique. Par la suite, elle se christianisera tout en restant celtique sur le fond. Cette tradition celtique conçoit la Nature d'une façon indo-européenne, c'est-à-dire « caténothéiste ». C'est ce que nous allons voir ici, dans cet article, afin de tenter de vous éclairer sur comment nos ancêtres voyaient la Nature, l'Univers.



Pas de monothéisme, ni de polythéisme :


En réalité, les traditions celtiques ne sont ni polythéistes, ni monothéistes. Elles sont les deux en même temps : caténothéistes. La racine « caténo » nous renvois au grec « catena » : chaîne. On trouve la source de ce mot dans la racine indo-européenne « kat » qui signifie « lier ». Finalement, tout cela nous parle d'un long maillage, d’entrelacs qui tous se connectent sur la base d'un même trait, comme l'état l'art celte.


Cet art celte qu'est celui des entrelacs résume parfaitement cette pensée « caténothéiste ». Tout part d'un point pour dessiner/tisser une multitude de traits, qui en apparence sont différenciés, et produisent des fresques merveilleuses. L'illusion du multiple provient en réalité d'un seul et même point. Voilà la philosophie celtique ici résumée. Leur spiritualité est similaire. Ceci étant dit, continuons.


Une source, des Dieux :


La tradition celtique nous parle d'une source qui n'est pas un Dieu, mais un Chaos primordial (comme le pense les grecs). Ce Chaos primordial ne porte pas véritablement de nom, il est nommé souvent à titre indicatif, mais pas nominatif. Comme chez les juifs, on ne nomme pas le divin. Car oui, ce Chaos primordial n'est autre que cet infini océan divin des origines.


Ce Chaos primordial (« Ginungagap » chez les vikings) va engendrer des Dieux, donc des forces qui vont trouver leur manifestation dans la nature. Il nous faut alors rappeler une chose essentielle ! Le terme « dieu » provient de la racine indo-européene « dei » et désigne une force lumineuse (une lumière puissante). Tout terme de cette nature, comme par exemple : « dieu, deité, deus, déesse » etc, trouve cette racine étymologique à leur base. Les déités (ou Dieux) sont donc des forces suprêmes qui structure l'Univers. Et toutes proviennent du Chaos des origines.


Pas d'images, mais de l'expérience :


Ces divinités ne sont à la base pas personnifiées. Les Druides n’autorisaient que très peu les représentations (voire pas du tout). La préférence était de ne pas représenter les choses divines. Et, par ailleurs, tout était en rapport avec la nature directe. Chez les celtes, on imagine sur la base de ce qu'on expérimente, et non l'inverse (inversion que tout le monde fait aujourd'hui). L'expérience prime, et elle structure l'être.


La spiritualité celtique est donc profondément ancrée dans la nature, et c'est depuis cela qu'elle s'étend dans l'invisible. Les formes ne sont que des moyens d'accès aux choses divines, et non une fin en soi. Voilà encore une compréhension que nous avons perdu de nos jours. De ce fait, les représentations sont rares et très sommaires. Et elles ne servent que d'intercesseur avec la force divine qui se cache derrière la forme. Il ne faut jamais perde cela de vue ! Les grandes traditions fonctionnent globalement toutes de cette façon, et à la base les religions du livre aussi !


On notera aussi que la sexualisation des divinités est de nature purement symbolique, et non sexiste. Les modernes ne comprennent rien à cela. Si il y a des Dieux et des Déesses, c'est pour qualifier symboliquement ce que le Chaos primordial engendre et acte. Ce n'est pas pour répondre à des besoins idéologiques comme le conçoivent les gens d’aujourd’hui. Et si on comprend bien cette philosophie celtique, on comprend alors que les déités n'ont pas de formes définit, car elles sont avant tout des « puissances » (et non des « concepts » comme le pensent là encore les modernes).



Si vous saisissez ce qui est dit ici, vous allez peut-être découvrir la Nature de façon différente. En fin de compte, vous allez surtout pouvoir vous y reconnecter véritablement. C'est un moyen de sortir des illusions de l'imaginaire déraciné de sa matérialité. C'est un moyen de retrouver le lien avec une matérialité plus saine, plus spirituelle, etc. C'est quitter la rêverie hypnotique du monde moderne pour renouer avec la vraie réalité (qu'elle soit matérielle et/ou éthérique). Bon retour au réel ! Et surtout à la vraie spiritualité !


G.Attewell


Liens des images :

- https://www.pinterest.fr/pin/708754060086613919/

- http://www.elbakin.net/fantasy/news/21316-Des-concepts-arts-pour-Malefique

Posts Récents